Mediator le coupe-faim qui tue !

La santé des groupes pharmaceutiques est-elle plus que la santé publique ?

On sait depuis de nombreuses années que ce produit présentait des risques  importants au niveau cardio-vasculaire. Entre 500 et 1000 personnes sont décédées après avoir pris ce médicament.

L’université de Rennes a estimé qu’il avait eu 150 à 250 hospitalisations et près de 30 décès chaque année.

Alors qu’au départ il s’agissait d’un produit conçu pour traiter des problèmes de diabète, 1/5 des prescriptions étaient destinées à des personnes en surpoids en vertu des facultés amaigrissantes du benfluorex, le principe contenu dans Mediator.

Ce qui me choque le plus c’est que ce médicament malgré ses risques était disponible en France jusqu’en 2009 alors qu’il avait retiré du marché partout ailleurs depuis 1996.

Il existe des médicaments dangereux et des coupe-faim naturels et bio sans aucun effet secondaire alors pourquoi choisir les premiers ?

Le laboratoire à l’origine du Médiator avait déjà été pris la main dans le sac avec un autre médicament coupe-faim l’Isoméride lui aussi particulièrement dangereux puisqu’il causait de l’hypertension pulmonaire artérielle. L’Isoméride avait finalement été interdit en 1997.

En 1999, un médecin français alerte les services de santé sur les dangers du Mediator. Suite à cette alerte sur des risques cardiaques avérés, le produit est retiré de la vente dans de nombreux pays … sauf en France. Il s’agit tout de même d’un produit qui rapporte 300 millions d’euros au laboratoire qui le fabrique.

Il faudra attendre que l’Université de Rennes se penche en 2009 sur le mystère des patients souffrant d’atteintes inexpliquées au niveau du cœur pour que le produit soit interdit.